Un magasin du réseau Biocoop
  • Agrandir la taille du texte
  • Réduire la taille du texte
  • Imprimer cet article
  • Envoyer cet article à un ami

Difficile de présenter Saveurs et Saisons sans parler de La Ferme du Sens tant les 2 histoires sont mêlées. Si Saveurs et Saisons compte aujourd’hui plusieurs points de vente et n’a pas pour unique vocation de se développer exclusivement dans les murs de La Ferme du Sens, il n’en reste pas moins que l’entreprise est née dans ce lieu et que le cœur de l’entreprise y est implanté (grand magasin bio, fournil bio, outils de production de la boucherie artisanale…).

La Ferme du Sens, qu’est-ce que c’est ?

La Ferme du Sens, c’est un lieu dans lequel se sont rassemblés, à l’initiative de Saveurs et Saisons, différentes entreprises et associations qui cherchent à promouvoir des actions concrètes en faveur du bio et du développement durable.

La Ferme du Sens propose un lien entre ville et campagne et cherche à concilier les attentes de chacun, du producteur au consommateur. Elle propose une réflexion globale sur notre rôle en tant que citoyen.

Au milieu de son jardin sauvage, la Ferme du Sens regroupe à ce jour les entreprises suivantes : le grand magasin bio Saveurs et Saisons, le fournil bio Saveurs et Saisons, le restaurant « Le Petit jardin », le salon de thé bio « Des Merveilles dans la Théière » et la brasserie artisanale bio « Moulins d’Ascq ».

La Ferme du Sens est également un lieu de rencontres, de balades et de transmission de savoir sur toutes les questions liées au bio et à la sauvegarde de notre environnement.

La Ferme du Sens peut être définie comme véritable « pôle régional du bio » !

 

 Un lieu chargé d’histoire

Pendant longtemps, la ferme joua un rôle important au milieu de ses terres de cultures. Elle s’accrochait au paysage, avec son mur de clôture et sa chapelle au carrefour de voies pavées.

A l’origine, la ferme s’appelait "Cense Gilquin", cense signifiant ferme en patois. Le nom qui figure sur la ferme est celui de Jacques Joseph Desquiens, propriétaire de la ferme au début du 19e siècle. Son fils Clotaire reprend la ferme. Elle passera ensuite à sa sœur, Mme Gilquin. Auguste Gilquin, son mari, fit construire la chapelle “Notre Dame de Grâce” à l’angle de la rue des Fusillés et de la route de Sainghin. La ferme est ensuite léguée à son fils unique, un certain Jules, personnage excentrique : ses poules allaient où elles voulaient, jusque dans la chambre à coucher ! Il laissa le lieu se délabrer. Jules est tué par des soldats allemands vers 1914. La ferme est alors abandonnée une première fois.

Elle est reprise par un nouveau Desquiens. Elle passe à sa fille Amélie, qui se marie avec un certain Monsieur Renard en 1926. La ferme est dans un tel état que le mari meurt à l’ouvrage, à l’age de 39 ans. Sa femme continue, et réussira à la faire revivre. Lorsqu’ils la reprennent, ils disposent de 32 ha, et de 20 vaches, nombre considérable à l’époque.

Pendant la guerre, la ferme est réquisitionnée pour en faire un hôpital. Les anglais la récupère ensuite pour en faire un quartier général. On peut voir, dans les champs derrière, la forme des cratères laissés par les bombes. La fille de Mme Renard reprend le flambeau avec son mari, Monsieur Leterme, en 1956. La ferme fait alors 80 ha. A la pointe du progrès, ils disposent d’une "Gascoigne", marque de la 1ère salle de traite du Nord Pas de Calais. Les vaches sont 50, réparties dans la grange et dans ce qui est aujourd’hui le magasin Saveurs et Saisons. Leur lait était vendu sur place. Ils font partie des premiers à proposer des endives à Ascq, légume aujourd’hui emblématique de la région Nord. A l’époque, beaucoup de clients venaient faire leurs "courses". De 17h à 19h, les gens faisaient la queue pour acheter du lait et des œufs. La mairie avait même aménagé spécialement un passage piéton. L’entrée se faisait par le porche. La rue des fusillés était alors appelée Grande Route.

Ils sont obligés de vendre en 1972 à un certain Monsieur Carlier. Celui-ci vient d’être exproprié. Il ne le supporte pas et meurt quelques mois plus tard. La ferme est de nouveau abandonnée, et le restera jusqu’en 1995. Elle est alors une ruine et aurait probablement été rasée sans son rachat par Thierry Decoster et ses associés.

 

Résolument tournées vers l’avenir, les entreprises de la Ferme du Sens ont préservé aujourd’hui l’esprit novateur des années 1956-1972, avec notamment des outils de production qui allient artisanat et modernité.

Précédent Suivant
Le poissonnier Christophe Henry

Christophe Henry vous accueille dans son petit camion tous les mercredi et Samedi matin sur le parking de La Ferme du Sens.

divers9
etoile6
divers60
etoile6
etoile1
Vert vous Newsletter
Inscrivez-vous :
Abonnement à notre lettre électronique :

fleur blanche 270 rue des Fusillés - 59650 Villeneuve d’Ascq Tél. : 03 20 64 02 00 - Fax : 03 20 64 02 01

Ferme

Horaires

Ouvert du lundi au vendredi de 9h à 19h30 et le samedi de 9h à 19h
Plan d'accès Autres points de vente